Ça suffit !

Combien de fois dans une journée le mot « crise » revient-il à la une des médias : Des milliers de fois! Il résonne sans interruption, et souvent de façon inconsidérée, avec des effets larsen de plus en plus insupportables pour le commun des mortels.

– ACTUALITÉS – ESSAIS –

Avril – Mai 2009

Lire l’article en PDF

Total
0
Shares
Vous aimerez également...
Pour en savoir plus

Les jeux sont faits ! Faites vos jeux !

Dans une excellente analyse, lors d’un séminaire de réflexion organisé par l’Institut Thomas More, Pierre Manent dressait le constat attristant mais lucide que l’Europe était devenue une âme errante sans véritable avenir.
Pour en savoir plus

Yes, they can !

L’euphorie de l’obamania a cédé la place aux affaires courantes. La fête est finie et Washington se prépare à un changement d’administration alors que la récession frappe de plus en plus lourdement le cœur de l’économie américaine.
Pour en savoir plus

Ici Carhaix !

Les Bretons parlent à nouveau aux Français ! Poursuite de la réflexion autour du mouvement des Bonnets rouges
Pour en savoir plus

Que nous apprend l’Afghanistan ? Que la géopolitique n’est pas morte… !

Au mois d’Août les journalistes cherchent toujours des sujets pour meubler les colonnes de leurs journaux. La prise de Kaboul par les talibans le 15 août et le départ jugé forcément « chaotique » des américains ont immédiatement saturé les unes de tous les médias jusqu’au 31 août… Puis l’information en chassant une autre, le cyclone Ida qui a frappé la côte ouest américaine, et la rentrée politique de nos démocraties, avec des échéances électorales en perspective, ont relégué l’actualité afghane au second plan, comme d’habitude… Quelle que soit l’issue politique de cette décision de quitter l’Afghanistan, (guerre la plus longue menée par les Etats-Unis et leurs coalitions) il est important de tirer les enseignements de ce dossier en matière géopolitique. Chaque crise est révélatrice à la fois des limites , des échecs, des renoncements des uns et des autres sur le plan stratégique, mais aussi de l’ouverture de nouveaux jeux de pouvoir sur le plan des relations internationales.